L’Association canadienne d’études sur le handicap / Canadian Disability Studies Association est heureuse d’annoncer que Madame Marie-Eve Veilleux est la récipiendaire du Prix Francophone Tanis Doe 2019.

Le prix Tanis Doe de la CDSA-ACÉH a été décerné pour la première fois en 2009, en l’honneur de l’activiste et professeure Tanis Doe. Ce prix rend hommage à une personne qui ose « dire l’indicible » pour faire avancer la culture et l’étude du handicap et qui a enrichi la vie des Canadiennes et des Canadiens en situation de handicap par la recherche, l’enseignement ou l’activisme.

Voici un extrait de la lettre de mise en candidature préparée par Kim Sawchuk, professeure en communication à l’Université Concordia :

« L’engagement de Marie-Eve Veilleux dans le mouvement québécois de la défense des droits des personnes handicapées fait d’elle l’une des figures de la nouvelle génération d’activistes qui privilégie l’utilisation des nouvelles technologies et des médias sociaux. Au cours des dernières années, elle a participé à la fondation de la communauté Facebook Transport mésadapté. Ce groupe regroupe près de 1000 membres actifs et est devenu un espace reconnu pour les personnes handicapées voulant échanger sur les problématiques de transport qu’elles rencontrent. En 2015, elle a co-fondé Québec accessible, une initiative citoyenne visant à faire adopter une loi pour l’accessibilité au Québec. En 2016, Mme Veilleux a facilité le comité Handicap, culture sourde et société sans barrières du Forum Social Mondial à Montréal. Ce comité a permis à des personnes handicapées et sourdes provenant de plusieurs pays de se rassembler et d’échanger sur leurs luttes. Sa capacité à rassembler des personnes handicapées et des personnes sourdes mérite d’être soulignée puisque ces deux communautés travaillent encore plus souvent qu’autrement chacune de leur côté. De plus, le militantisme de Mme Veilleux a permis d’améliorer l’accessibilité des bureaux de vote aux personnes handicapées lors des élections provinciales. Depuis 2018, elle siège sur le Comité accessibilité d’Élections Québec. Il importe également de souligner que son engagement social ne se limite pas aux enjeux du handicap. Depuis plusieurs années, elle consacre plusieurs heures par semaine pour s’impliquer à Santropol Roulant, un organisme dédié à la sécurité alimentaire des Montréalais-es. Elle est également impliquée à la Fédération des femmes du Québec.

« Ses recherches et son engagement pour la défense des droits des personnes handicapées l’ont également amené à faire de nombreuses interventions dans les médias. En plus d’avoir participé à de nombreuses émissions de radio comme invitée, elle a été publiée dans Le Devoir et La Presse. Plus récemment, alors qu’un procès mettant en scène deux québécois handicapés souhaitant avoir droit à l’aide médicale à mourir battait son plein au Québec, elle a publié une lettre ouverte dans Le Devoir intitulée “Ce qui fait souffrir les personnes handicapées”. Tandis que les journalistes et chroniqueurs des grands médias se sont montrés en faveur de la demande de ces deux personnes sans même considérer les enjeux importants du soutien à domicile et des préjugés à l’égard des personnes handicapées, Marie- Eve Veilleux a mis en lumière ces enjeux et les dangers de l’élargissement du droit à l’aide médicale à mourir aux personnes handicapées. Cette prise de position publique mérite d’être saluée puisqu’elle se situe dans un contexte sociopolitique dans lequel le droit de mourir des personnes handicapées attire davantage l’attention que le droit de vivre. Les interventions de Mme Veilleux dans les médias contribuent ainsi activement à une meilleure compréhension des enjeux du handicap dans les communautés francophones. »

« En conclusion, je ne peux insister suffisamment sur l’importance des contributions de Mme Veilleux autant sur le plan de la recherche que sur le plan de la défense des droits des personnes handicapées. Elle participe activement à l’émergence des études critiques du handicap en contexte francophone et à une nouvelle vague de militantisme. Alors que le handicap demeure encore largement perçu comme un inconvénient à surmonter sur la base individuelle et que les ressources pour penser au handicap de façon critique sont extrêmement limitées en français, Marie-Eve Veilleux fait partie des militant.es qui osent sortir des sentiers battus et qui proposent un changement de perspective radical plus que nécessaire. Elle n’hésite pas non plus à clamer sa fierté d’être une femme handicapée et a un intérêt particulier pour le développement des arts et de la culture du handicap. Mme Veilleux croit fermement en l’importance de la disability pride et de la disability culture, deux concepts encore peu connus autant dans les cercles militants et mainstream, pour construire un monde juste et accessible. »

Joignez-vous à nous pour rendre hommage à notre récipiendaire du Prix Francophone Tanis Doe 2019 lors de la 16e conférence annuelle de l’ACSDS-ACEH à l’Université de la Colombie-Britannique, du 1er au 3 juin 2019.


Marie-Eve Veilleux’s commitment to the Quebec disability rights movement makes her a leading figure in the new generation of activists focusing on the use of new technologies and social media. In 2015, she co-founded Québec accessible, a citizen initiative to pass legislation for accessibility in Quebec. In 2016, Ms. Veilleux facilitated the World Social Forum’s Committee on Disability, Deaf Culture and Barrier-free Society in Montreal. This committee provided an opportunity for people with disabilities and deaf people from several countries to come together and share their struggles. Its ability to bring together people with disabilities and deaf people deserves to be highlighted. In addition, Madame Veilleux’s activism helped improve the accessibility of polling stations for people with disabilities during provincial elections. In recent years, she has been involved in founding the misfit Facebook Transport community. This group has nearly 1000 active members and has become a recognized space for people with disabilities to discuss transportation issues. Since 2018, she has been a member of the Accessibility Committee of Elections Québec. It is also important to note that the Committee’s social commitment is not limited to disability issues. For several years now, she has devoted numerous hours a week to getting involved with Santropol Roulant, an organization dedicated to the food security of Montrealers. She is also involved with the Fédération des femmes du Québec.

Her research and her commitment to the defence of the rights of people with disabilities have also led her to make numerous interventions in the media. In addition to participating in numerous radio shows as a guest, she has been published in Le Devoir and La Presse. More recently, while a trial involving two Quebecers with disabilities wishing to be entitled to medical assistance to die was in full swing in Quebec, she published an open letter in Le Devoir entitled “Ce qui fait souffrir les personnes handicapées”. While journalists and columnists from the mainstream media supported the request of these two people without even considering the important issues of home support and prejudice against people with disabilities, Marie-Eve Veilleux highlighted these issues and the dangers of extending the right to medical assistance to people with disabilities. This public position is to be commended as it takes place in a socio-political context in which the right to die of people with disabilities attracts more attention than the right to live. Madame Veilleux’s media interventions thus actively contribute to a better understanding of disability issues in Francophone communities.

In conclusion, I cannot stress enough the importance of Madame Veilleux’s contributions in terms of both research and advocacy for the rights of people with disabilities. She is actively involved in the emergence of critical disability studies in a francophone context and in a new wave of activism. While disability is still widely perceived as a disadvantage to be overcome on an individual basis and resources to think critically about disability are extremely limited in French, Marie-Eve Veilleux is one of the activists who dare to think outside the box and propose a radical change of perspective that is more than necessary. She also does not hesitate to claim her pride in being a disabled woman and has a particular interest in the development of the arts and culture of disability. Madame Veilleux firmly believes in the importance of disability pride and disability culture, two concepts that are still little known in militant and mainstream circles, to build a just and accessible world.